La bande annonce

27-03-2018

Total Agates Première le 26 Mai 2018


Coup de projecteur

29-03-2017

Eckwersheim, journal de la commune avril

Cliquez sur le PDF pour ouvrir

pagedoc_213.pdf

Silence, on tourne à Lipsheim!

21-02-2017
A l'Ange Lipsheim
A l'Ange Lipsheim

article DNA

Lipsheim - Un long-métrage dans la winstub À l’ange Silence, on tourne

« Silence, on tourne ». Voilà une phrase bien inhabituelle au restaurant à l’Ange à Lipsheim.

Mais c’est pourtant ce que l’on va entendre plusieurs week-ends dans la petite winstub du restaurant au fond de la cour, un des cadres de prédilection de l’histoire.

« La patience est nécessaire »

Il est investi pour le tournage du long-métrage Total Agates, une intrigue policière adaptée par le metteur en scène Serge Schleiffer, dont c’est le huitième long-métrage. Président de l’association Amifilm, dédiée aux réalisations cinématographiques amateurs, il a choisi Lipsheim sur la recommandation de son vice-président, habitant la commune.

Le site s’y prête et le restaurant est disponible le week-end. L’association est composée de bénévoles. Tout est opérationnel et le tournage a commencé.

Il faudra un an pour la réalisation. Le recrutement est fini, le casting s’est fait via les réseaux sociaux et les connaissances. Y figurent des acteurs professionnels et de nombreux figurants du village. Les auditions et la recherche des partenaires se font en amont.

Les lieux de tournage sont fixés : la mairie, le restaurant, des corps de ferme de Lipsheim, mais aussi Lingolsheim, Eckwersheim, Sélestat et la Krutenau à Strasbourg ont été retenus.

« Je lis des romans. Si l’histoire me plaît, je peux en faire un film », confie Serge Schleiffer. C’est ce qu’il a fait avec le script de Michel Rietsch. Le pitch ?

Jean, sexagénaire aveugle, découvre un squelette humain et trois agates, alors qu’il se promène en forêt par un matin brumeux. Une enquête est ouverte et menée par le gendarme Legrand, qui porte de sérieux soupçons sur Jean. Heureusement, il peut compter sur ses amis de toujours…

« On va tourner jusqu’à juin, près de six mois mais seulement les week-ends, à raison de quatre à cinq prises en moyenne pour une scène », explique Serge Schleiffer. Yvonne, une étudiante en troisième année art et spectacle, est à la caméra. Les maquilleuses entrent sur le plateau pour une ultime retouche. On tourne la scène n° 60 (sur un total de 69) au stammtisch. Une partie de l’intrigue est révélée, le dénouement approche. Briefing après le tournage : on change de place, on refait la sortie du personnage principal, un bruit sourd se fait entendre. « Action dans la salle ! » Le silence est de rigueur, on refait la scène.

Ce sera la bonne avec les figurants qui s’impatientent dans les couloirs. « La patience est nécessaire, il faut une prise parfaite », précise le metteur en scène.

La pause sera bien méritée pour toute l’équipe… car c’est loin d’être fini. Ils quitteront les lieux vers 18 h avant l’ouverture du restaurant, pour se retrouver le week-end suivant.

Le tournage devrait se terminer d’ici juin. Il faudra six mois de montage et de cadrage avec la bande-son signée par l’harmonie d’Électricité de Strasbourg.

Le film, tout public, sera visible début 2018. La projection est gratuite. Renseignements sur www.amifilm.com